Recherche par mots-clés

Retrouvez rapidement un livre, un CD ou une bible dans notre catalogue

Faut-il croire à la réincarnation

Faut-il croire à la réincarnation

Berney Jean-Paul

Éditeur : Véritas

ISBN :

Ce produit est épuisé

DescriptionTable des matières
4 pages

8,8 x 14 cm

5,95 $ / 100

 

Depuis quelques années, de plus en plus de gens croient à la réincarnation. Certains prétendent même qu'ils se souviennent d'événements relatifs à une vie antérieure.

 

À cause du grand désarroi et d'amères déceptions, les hommes d'aujourd'hui sont avides de révélations nouvelles. C'est ainsi que, dans notre monde occidental, marqué par un christianisme décadent, toutes sortes de philosophies et de sectes sont fascinées par l'idée de la réincarnation et y adhèrent.

 

D'où vient cette croyance ? Faut-il y ajouter foi ou la rejeter comme n'ayant aucun fondement solide ?

 

Il importe de savoir que l'idée de la réincarnation nous vient des religions orientales qui ont pris naissance aux Indes. Elle est commune à l'hindouisme (appelé aussi brahmanisme) et au bouddhisme.

 

Nous n'ignorons pas que les religions orientales ont une forme de spiritualité dont la ferveur fait parfois contraste avec le peu de zèle de ceux qui prennent encore le nom de «chrétiens». Elles exploitent la religiosité naturelle du coeur humain. Les religions orientales soulignent certaines vérités, ou plutôt quelques aspects partiels de la vérité. Mais n'oublions pas que ce sont des religions polythéistes et contraires à l'enseignement de Jésus-Christ qui est venu faire connaître aux hommes le seul et unique vrai Dieu. La doctrine hindoue se rattache aussi au panthéisme en identifiant Dieu et le monde. Le premier verset de la Bible corrige cette erreur en distinguant le Créateur de la création.

 

Toute la théorie des réincarnations est basée sur la notion païenne que l'homme peut parvenir à la félicité éternelle par ses propres efforts. Elle attribue une valeur méritoire à la souffrance et aux épreuves de la vie pour le salut de l'homme.

 

D'après l'hindouisme, la terre serait un lieu d'expiation, une sorte de purgatoire. L'âme survit - soi-disant - pour expier les fautes commises dans la vie présente ou des existences antérieures. Elle doit vivre et mourir, successivement plusieurs fois, en qualité de plante, d'animal, d'esprit, d'homme, de dieu... Mais elle ne se souvient ni des existences précédentes, ni des péchés qui les ont souillées.

 

L'Hindou se condamne à de terribles pénitences pour n'avoir pas à expirer dans une autre vie le péché qu'il vient de commettre. Même sans avoir péché, il s'impose des mortifications cruelles, afin d'effacer les fautes qu'il pourrait commettre dans l'avenir, et aussi monter, après la mort, dans la hiérarchie humaine. Ce caractère pénal de la vie l'assombrit, la rend irrémédiablement triste et finit par appeler avec désespoir la fin de toute existence personnelle. Inversement, celui qui a envie de se mal conduire a l'illusion qu'il pourra se racheter dans une vie future.

 

L'idée de la réincarnation n'est-elle pas en étrange contraste avec le christianisme ? La Bible enseigne que l'homme n'a qu'une existence à passer ici-bas : «Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement» (Hébreux 9.27). Cette affirmation de l'Écriture est catégorique. Ailleurs (Romains 6.23) nous lisons : «Le salaire du péché c'est la mort» et non pas des morts indéfinis.

 

Jésus a parlé avec autorité, comme personne d'autre ne peut le faire, sur la mort et l'au-delà. Il a enseigné que l'impie se trouve, dès sa mort, dans un lieu de jugement dont il ne peut s'évader (Luc 16.19-31). Les esprits des justes sont auprès du Seigneur et se reposent en attendant le jour glorieux de la résurrection (2 Corinthiens 5.6-9; 1 Thessaloniciens 4.3-18).

 

L'idée en arrière de la réincarnation c'est qu'il y a plusieurs chemins qui mènent à Dieu, alors que Jésus a dit : «Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi» (Jean 14.6).

 

Il n'y a qu'un seul Dieu et non pas plusieurs millions de dieux comme l'hindouisme l'enseigne. Le fait de croire à Brahma, Vichnou, Rama, Krichna, Bouddha, ou quelque autre «divinité réincarnée» ne sauve personne du jugement.

 

La Bible affirme que le salut se trouve uniquement en Jésus-Christ, le Fils de Dieu, mort et ressuscité. «Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés» (Actes des apôtres 4.12).

Vous pourriez aussi aimer